ACROE, INA

Journée d’étude : « La recherche : ACROE, INA »

le mardi 9 avril 2013
à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle - 4, rue des Irlandais 75005 Paris ;

Session 1 – 14h-16h

La recherche

  • Annie Luciani, Ingénieur de recherche, ACROE, Grenoble.
    Histoire de l’animation par ordinateur à l’ACROE
  • Panagiotis Kyriakoulakos, Maître de conférences, Université d’Egée, Grèce.
    La Recherche à l’INA dans les années 1980-90 

//////

Programme détaillé

Annie LucianiIngénieur de recherche, ACROE, Grenoble.
Histoire de l’animation par ordinateur à l’ACROE

L’animation par ordinateur a commencé à l’ACROE dès sa création en 1976. Dès cette date, le paradigme proposé par l’ACROE a été celui de la modélisation et de la simulation physique masses-interaction. Ce principe permet de produire tout mouvement visuel ou sonore et de supporter l’interaction gestuelle à retour d’effort. Dans cet exposé, nous présentons les arguments qui nous ont fait choisir et développer ce principe. Nous présentons, selon un fil historique, les résultats scientifiques, technologiques et artistiques marquants du parcours de l’ACROE dans ce domaine: logiciels de modélisation et de simulation, systèmes à retour d’effort, systèmes de réalités virtuelles multisensorielles, modèles d’animation d’objets rigides déformables, de phénomènes naturels (fluides, vent, sables), de foules et de phénomènes collectifs, de mouvements dansés etc. ainsi que  des extraits de créations artistiques ayant utilisé ces technologies.

Annie Luciani est ingénieur de recherche du ministère de la culture et de la communication. Elle a commencé son travail de recherche en animation par ordinateur, et plus généralement sur les arts visuels dynamiques numériques, en 1976 au sein de l’ACROE, centre de recherche qu’elle a créé avec Claude Cadoz et Jean-Loup Florens et qui est conventionné avec le ministère de la culture et de la communication.
Dès le début de ses travaux en 1976, elle a proposé le paradigme de la modélisation physique pour l’animation d’images, qu’elle a donc été l’une des premières à expérimenter. Le concept de modélisation masses-interactions qu’elle a fondé avec ses collègues a donné lieu à plusieurs réalisations logicielles. Elle a également introduit dès cette époque le concept d’interaction instrumentale dans les arts visuels, pour lequel elle a développé avec ses collègues des technologies de systèmes à retour d’effort ERGOS, de simulation temps réel et des plateformes de réalités virtuelles multisensorielles TELLURIS et ERGON_X.
Elle dirige également le laboratoire ICA «Ingénierie de la Création Artistique» de l’Institut Polytechnique de Grenoble.
Annie Luciani a réalisé sur ces principes et perspectives un certain nombre d’oeuvres


 

Panagiotis Kyriakoulakos, Maître de conférences, Université d’Egée, Grèce.
La Recherche à l’INA dans les années 1980-90 

De Psyché à Synthetic TV, de l’animation 2d à la réalité augmentée, Panagiotis Kyriakoulakos, revient sur les expérimentations sur l’image de synthèse à l’INA qui ont posé les questions de l’intégration des nouvelles images dans le paysage audiovisuel français et international.
Panagiotis Kyriakoulakos est Maître de conférences à l’Université d’Egée.
Il est docteur en sciences de l’art de l’Université Paris X et ingénieur en électronique et informatique de l’Université de Thessalonique.
Il a été co-auteur avec Jean-Marc Peyron d’un numéro spécial des Dossiers de l’Audiovisuel en 1989 et d’un article sur Synthetic TV dans La Recherche en 1992
Il a été rédacteur en chef et co-ordinateur de la collection de  vidéo-magazine La Vague, Arts en Video, primé à ce titre par la SCAM en 1991. 

//////

Cette journée d’étude est organisée par le programme de recherche EnsADLab/HIST3D « Histoire de la synthèse d’images en France dans les années 1980-1990″ : Pierre Hénon, Chantal Duchet, Gilbert Dutertre, Lionel Fages, Jean Segura, Jessica de Bideran, Christophe Pornay, Cécile Welker.
Sous l’égide d’EnsadLab, l’INA, l’IRCAV (Université de Paris 3) et Paris ACM Siggraph.