De l’argentique au numérique

Séminaire séance 1 : Effets visuels, de l’argentique au numérique

le mardi 11 octobre 2011 de 18h à 20h

avec la participation de Christian Guillon, Jerzy Kular et Pascal Charpentier.

Les premières publicités en images de synthèse.

De l’Unique de Jérôme Diamant Berger (1986 – premier film français avec des effets visuels numériques) aux Mille et une nuits de Philippe de Broca (1990), comment le numérique s’est peu à peu intégré dans la panoplie des effets visuels au cinéma.

Les débuts des transferts films numériques: shooting, scan, et du passage du travelling matte (fond bleu en optique) au keing-compositing (numérique).

//////

Introduction par Laurent Creton, directeur de l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (IRCAV), professeur à l’Université de Paris III Sorbonne Nouvelle.

//////

Jerzy Kular présente quelques appareils de trucage pour le cinéma avant le numérique puis les premiers courts métrages et publicités réalisés en image de synthèse à Sogitec de Sharp (1983) à Jumpin’ Jacques Splash ! (1988).

//////

Christian Guillon présente les premières hybridations argentico-numériques au cinéma en France : « L’Unique » de Jérôme Diamant Berger en 1986, « Les 1001 nuits » de Philippe de Broca en 1990.

//////

Pascal Charpentier revient sur ses débuts et les techniques du truquage analogique puis les premiers effets visuels pour le cinéma chez ExMachina.

//////

Jean-Michel Rodes, directeur délégué aux collections à l’INA conclut cette première séance du séminaire par des pistes pour poursuivre la réflexion

 

//////

Ce séminaire est organisé par le programme de recherche EnsADLab/HIST3D « Histoire de la synthèse d’images en France dans les années 1980-1990 »  : Pierre Hénon, Chantal Duchet, Gilbert Dutertre, Lionel Fages, Maurice Benayoun, Christophe Pornay, Denis Van Waerebeke, Cécile Welker.
Sous l’égide d’EnsadLab, l’INA, l’IRCAV (Université de Paris 3) et Paris ACM Siggraph.

Leave a Reply